nullnull



Canadian Association of Radon Scientists and Technologists

Helping Canadians Reduce Radon Risk

  • 19 Dec 2019 5:48 PM | Pam Warkentin (Administrator)

    Please note: this blog will be updated as we receive more questions and as discussion continues.


    Several CARST members have been receiving questions regarding Dr. Goodarzi’s recent research, which was publicized by CTV in Calgary in early December.  While the research covers many aspects of radon testing, the focus of the article - and of most of the questions that CARST professionals are receiving – is how this new research may affect CARST’s Guideline for Radon Assessment during a Real-Estate Transaction.

    CARST has requested to enter into a data-sharing agreement with Dr. Goodarzi to access the data and be able to analyze it in detail ourselves.  However, based on preliminary analysis, this latest research correlates well with the research on which CARST based our Real-Estate Assessment Guideline at the time it was developed.  The new research helps to emphasize the importance of clear communication regarding the limitations of the assessment test, and the importance of always following-up an assessment test with a long-term test during the heating season as specified in the guideline.

    It is important to remember that CARST continues to emphasize the importance of long-term testing.  The Real-Estate Assessment Guideline was developed to provide structure to those wishing to include a radon test as part of a real-estate transaction; a situation that is becoming increasingly common.  

  • 01 Nov 2019 2:59 AM | Pam Warkentin (Administrator)

    Congratulations to the City of Edmonton on proclaiming November as Radon Action Month and for encouraging Edmontonians to protect themselves by testing for radon gas and by taking action to reduce high levels.


  • 25 Jul 2019 12:45 PM | Erin Curry (Administrator)

    Le PNCR-C a reçu la tarification pour l’assurance obligatoire. Si vous êtes un professionnel du PNCR-C, nous voulons vous entendre ! Jetez un coup d’œil sur la tarification et faites-nous savoir si vous voulez vous inscrire.

    Avec ce programme, chaque professionnel du PNCR-C (mesure et/ou atténuation) sera inclus et payera pour la couverture suivante :

    Couverture et tarification

    responsabilité commerciale générale- $2,000,000 = $350

    erreurs et omissions- $2,000,000 = $650

    responsabilité de pollution- $100,000 - inclus

    prime annuelle totale= $1,000 

  • 25 Jul 2019 12:15 PM | Erin Curry (Administrator)

    Cela fait déjà quelques mois depuis le lancement des Directives sur les évaluations préalables de radon dans le cadre d’une transaction immobilière. Pour l’élaboration et la publication de ce document, nous pensions qu’il était important de demander à vous — nos professionnels — vos commentaires au fur et à mesure que vous implantez les recommandations et que vous voyiez les résultats. Nous avons reçu de différentes questions sur les directives autant des professionnels du PNCR-C que des groups en immobilier partout au pays. 

    Il est important de se rappeler l’historique et l’objectif des directives sur les transactions immobilières. L’ACSTR continue de soutenir les directives de Santé Canada sur le radon qui soulignent l’importance d’une mesure de radon à long terme (plus de 90 jours). Dans le contexte de l’immobilier, la situation idéale continue à être si le radon dans la maison à vendre a déjà été mesuré (en utilisant une mesure à long terme) ou si le radon dans cette maison est mesuré durant la première saison de chauffage en utilisant une mesure à long terme une fois que le nouveau propriétaire a pris possession de la maison. Mettre de l’argent de côté pour couvrir les coûts d’un système d’atténuation de radon (si un tel système s’avère nécessaire) devrait faire partie des négociations à la discrétion de toutes les parties concernées à la transaction.

    Au cours des dernières années, un nombre croissant de membres de l’ACSTR exprimait leurs inquiétudes sur ce qui arrivait en pratique. Les mesures de radon d’une durée de moins de 48 heures, l’application incohérente des conditions de bâtiment fermées et d’autres disparités ont poussé l’ACSTR à élaborer les directives sur les transactions immobilières.

    Les priorités lors de l’élaboration des directives étaient de baser nos recommandations sur les meilleures recherches disponibles, d’offrir une structure claire et cohérente pour toutes les parties concernées tout en promouvant les Directives de Santé Canada. Après trois ans de travail, l’ACSTR a publié les Directives sur les évaluations dans le cadre d’une transaction immobilière, tout en identifiant que nous devons continuer à recueillir les commentaires des professionnels sur le terrain et chercher des études additionnelles.

    Pour partager vos données - cliquez ici.

    Pour partager votre <<feedback>> concernant les directives en générale, cliquez ici.



  • 25 Jul 2019 12:11 PM | Pam Warkentin (Administrator)

    Over the last few months, many of you have expressed your interest in joining CARST’s Awareness committee. To kick things off, we’ll be hosting two webinar meetings, one on August 14th and another on August 20th, and everyone is welcome to join. Register for the Awareness Committee meetings here and find the current toolkits below. 

    Prior to attending the meeting, we would like your feedback on the current toolkits.  You will have time to share thoughts in the meeting, but it will be helpful to have some feedback ready to start the discussion. 

    Pick one or more toolkits to review and provide feedback to us prior to the meeting.  Check out the meeting schedule below, to see which toolkit we will talk about when.

    Can't make either meeting?  Your feedback is still valuable- please provide us with your thoughts prior to the meeting date via email at info@carst.ca. 

    August 14 - 2pm ADT, 1pm EDT, noon CDT, 11am MDT/CST, 10am PDT.  


    August 20 - 2pm ADT, 1pm EDT, noon CDT, 11am MDT/CST, 10am PDT.  

    • Suggested actions in your municipality:
      • Contact your local mayor and council and encourage them to participate in radon awareness month by testing their home and talking about radon at one of their council meetings


  • 25 Jul 2019 11:54 AM | Pam Warkentin (Administrator)

    C-NRPP is investigating a program for insurance which would provide our professionals with a greatly reduced price for our mandatory insurance.

    If you’re a C-NRPP professional, we want to hear from you before we commit to this!

    The program would mean every C-NRPP professional, (Measurement and/or Mitigation Professional) would be included and charged for the coverage.

    It would provide each professional with: 

    Coverage & Pricing

    Commercial General Liability - $2,000,000 = $350

    Errors and Omissions - $2,000,000 = $650

    Pollution Liability - $100,000 - Included

    Total annual premium = $1,000

    We would like to get feedback from all our professionals and thought a discussion on Facebook may be useful.  As you read in our recent newsletter, we have created a closed Facebook group.   You will need to join and then be able to comment online.  This Facebook group is private and so only C-NRPP professionals will be able to access.

  • 25 Jul 2019 11:30 AM | Pam Warkentin (Administrator)

    It’s been several months since CARST released the Guideline to Conducting Radon Assessments as part of a Real-Estate Transaction. As part of the process of developing and releasing this document, we felt it was important to gather feedback from you – our professionals – as you implement the recommendations and see results.  In addition, we have received several questions about this from several of you, and from real estate groups across the country and we have provided some information for clarity.

    It’s important to remember the history and purpose of the Real-Estate guideline. CARST continues to support Health Canada’s Guidelines regarding radon, which emphasize the importance of a long-term (more than 90 day) test. For real estate, the ideal situation is still one wherein any home that is listed for sale has either been previously tested for radon (using a long-term test), or is tested for radon during the first heating season using a long-term test once the new owner takes possession of the home. Setting funds aside to offset the cost of a radon mitigation system (if one were required) would be negotiated at the discretion of all parties involved in the transaction.

    Over the course of the last few years, an ever-growing number of CARST members were expressing concerns over what was happening in practice. Radon tests of less than 48 hours duration, inconsistent application of “closed-house conditions”, and other inconsistencies moved CARST to develop a guideline for real-estate transactions.

    The priorities in developing the guideline were to base our recommendations on the best available research, provide a clear consistent structure for all parties involved, and still promote Health Canada’s guidelines. After three years of work, CARST released the Real Estate Assessment Guideline, all the while identifying that we need to continue to gather feedback from our professionals in the field and seek additional research.

    Our first method to gather this is to get information from you in the field, if you are using the Real Estate Assessment, we encourage you to keep records and then submit them to us here:

    Real Estate Assessment Data Sharing Form

    We're also looking for general feedback from you on the Real Estate Assessment Guideline.  If you haven't already completed our survey, please take a moment and click on the following link to do so:

    CARST's Radon and Real Estate Survey

    What are real estate agents saying about this?

    We have been working on communicating our process with real estate agents across the country and here is some of the feedback we have received.

    Here is a quote from Real Estate Council Alberta (RECA), "Alberta real estate professionals are trained to inform and advise their buying clients about radon during the buying process. Health Canada recommends basing a decision to mitigate on measurements that are representative of the average annual radon concentrations in a home, such as a long-term test of at least 90 days. Because of this, short-term testing is not recommended by real estate professionals in Alberta during the buying process. For more information go to www.reca.ca and type Radon in the search bar."

    We have been discussing the document with the Canadian Real Estate Association.  They are interested in raising awareness on radon and sharing information about their members.  They would like us to focus on long-term testing.

    Real estate agents have been growing in awareness on radon, and this has been a great opportunity to provide them with information and presentations on radon.  Our recommendation for you, our members, is to work with your local real estate agents providing locally relevant radon information, asking to provide a presentation to their colleagues and helping them find testing devices and/or services for their past and future clients.


  • 11 Jul 2019 2:48 PM | Erin Curry (Administrator)

    On a beaucoup parlé des clauses sur le radon dans le présent Code du bâtiment de l’Ontario seraient modifiées en 2019. Pour le moment, elles ne changeront pas. Tel qu’il est actuellement rédigé, le Code du bâtiment de l’Ontario permet aux communautés de prendre des mesures contre le radon.

    Les dernières modifications au Code du bâtiment de l’Ontario du 2 mai 2019 se trouvent: //www.codenews.ca/. Ces modifications seront en vigueur dès le 1er janvier 2020. Nous croyons comprendre que les sections du code de bâtiment qui parle du radon ne changeront pas. Par conséquent, c’est la responsabilité de chaque municipalité d’établir s’il se situe dans une région où « le radon est un problème connu ».

    Ceci offre aux municipalités l'occasion et prodigue la responsabilité de déterminer si elles devraient adopter des mesures de radon. Ils peuvent se référer à SB9 pour des conseils sur l’élaboration des mesures contre le radon. Certaines municipalités qui sont en processus de prises de décision sont proactives et mènent des sondages sur le radon. Occupe-toi du radon a aussi lancé le Défi de 100 trousses de dépistage de radon afin de soutenir les municipalités dans leurs objectifs.

    Jusqu’à présent, quelques municipalités ont lancé leurs propres programmes. Voici une liste ci-dessous de ceux que nous connaissons :

    Thunder Bay, ON

    Guelph, ON

    Central Elgin, ON

    Grey Bruce, ON

    Perth, ON


  • 24 Apr 2019 3:04 PM | Erin Curry (Administrator)

    Cette année, il y en a trois ouvertures sur le conseil d'administration, et un directeur pour réélection.  Nous avons posé les mêmes questions à toutes les nouvelles candidates et tous les nouveaux candidats pour vous aider à en apprendre plus sur eux avant l’élection.

    Dre. Anne-Marie Nicol, membre du conseil d'adminstration pour réélection

    Comme professeure associé des sciences de la santé à l’université Simon Fraser, Dre. Anne-Marie Nicol amène la pointe de vue unique des professionnelles en santé au conseil d’administration.  A travers ses recherches et son travail du sensibilisation du publique avec CAREX Canada, Dre. Nicol en a fait des contributions importantes au sensibilisation du publique au radon, et agit comme membre principal de l’équipe Occupe-Toi du Radon.

    Nouveaux Candidats et Nouvelles Candidates:

    Julie Girardeau, Québec

    ACSTR : Pourriez-vous nous parler un peu de vos antécédents et votre intérêt pour l’industrie du radon au Canada ?

    Julie : Mon expérience est en finance, marketing et gestion organisationnelle. J’ai deux jeunes enfants et j’ai suivi un enseignement formel. J’ai habité de nombreuses villes en Ontario, Québec et les provinces atlantiques, mais le radon ne faisait pas partie de mes préoccupations. En clair, je connaissais très peu à ce sujet et ces dernières années ont été très révélatrices. Dans mon rôle de directrice générale des opérations dans l’un des plus gros fournisseurs d’équipement de détection de radon et de services de tests, j’ai pu constater le besoin pour plus de visibilité et de sensibilisation publique au sujet de notre industrie et les problèmes de santé liés au radon.

    ACSTR : Avez-vous de l’expérience avec des conseils d’administration ou des organismes similaires ?

    Julie : J’ai siégé comme trésorière et comme secrétaire à des conseils administratifs. J’ai été impliqué dans plusieurs initiatives en lien avec la sensibilisation communautaire, collecte de fonds et des activités caritatives. L’objectif de ces initiatives était toujours de sensibiliser l’opinion publique.

    ACSTR : Avez-vous une vision ou un but en tête que vous pensez l’ACSTR devrait envisager au cours des prochaines années ?

    Julie : Je suis une partisane convaincue du bien-fondé de l’éducation. Nos nouveaux membres ainsi que nos membres actuels bénéficieraient de développement professionnel continu et de matériel de marketing. Je crois que c’est un élément essentiel de notre mission de continuer à informer les Canadiens et Canadiennes sur les risques posés par le radon et plus importants encore sur les solutions disponibles. Je pense que la sensibilisation à tous les niveaux gouvernementaux fédéral, provincial et régional est un aspect important du mandat de l’ACSTR.

    ACSTR: Si vous êtes élue, comment contribueriez-vous au conseil et quelles qualités apporteriez-vous à l’ACSTR et le conseil d’administration? 

    Julie : Je suis relativement une nouvelle venue au monde du radon, mais ce point de vue me permet de voir les choses d’un haut niveau sur le plan opérationnel et des premières lignes. Je suis ouverte d’esprit et travaillante. J’aimerais avoir la chance de contribuer à un organisme qui peut faire une réelle différence sur la santé et sécurité des Canadiens et Canadiennes.

     

    Michael Halliwell, Alberta

    ACSTR : Pourriez-vous nous parler un peu de vos antécédents et votre intérêt pour l’industrie du radon au Canada ?

    Michael : À titre d’ingénieur environnemental, mon travail a toujours consisté en la protection de l’environnement et la santé humaine. Au fil du temps, la compagnie pour laquelle je travaille a évolué afin de pouvoir analyser les déclarations de « cette substance pourrait se trouver » qui figurent dans les rapports antérieurs. Ceci inclut la qualité de l’air intérieur, la peinture au plomb et les préoccupations liées à l’amiante. En 2017, pour faire suite aux changements du Code de bâtiment en Alberta et la sensibilisation publique et de nos clients, je suis devenu un professionnel en mesure du radon. Depuis lors, ma passion, ainsi qu’une préoccupation pour, le radon s’est accru, surtout compte tenu de l’attitude « nous n’avons pas de radon ici » qui est si répandue en Alberta.

    ACSTR : Avez-vous de l’expérience avec des conseils d’administration ou des organismes similaires ?

    Michael : Bien que je n’aie pas siégé directement à un conseil, j’ai passé plusieurs années comme officier d’état-major de la région avec la Brigade ambulancière Saint-Jean. J’ai aidé à organiser les bénévoles et les activités publiques, agi comme intermédiaire entre nos quartiers provinciaux et les autres ONG lors de la planification des réactions aux catastrophes naturelles possibles. À titre d’ingénieur environnemental, je suis très à l’aise à entretenir avec les différents intervenants allant du public général au personnel de l’industrie et les régulateurs municipaux, provinciaux et fédéraux en utilisant un langage approprié variant d’un langage simple à un langage technique. Ce qu’il me manque en expérience directe, je compense en tirant d’une vaste expérience.

    ACSTR : Avez-vous une vision ou un but en tête que vous pensez l’ACSTR devrait envisager au cours des prochaines années ?

    Michael : J’ai deux objectifs en tête. Le premier est de continuer à bâtir les relations avec les régulateurs partout au Canada pour les informer sur le radon, que ce gaz se trouve partout au Canada, comment le mesurer et quoi faire en cas de concentration élevée. Cette sensibilisation des régulateurs et ces connaissances sont critiques à la mise en place de programmes et réglementations destinés à la protection du peuple canadien. En deuxième lieu, je pense que nous devons continuer à travailler l’attitude publique dans le Canada occidental (et ailleurs) que « nous ne sommes pas sur le Bouclier canadien, donc il n’y a pas de radon ici » parce que c’est un mythe potentiellement fatal.

    ACSTR : Si vous êtes élu, comment contribueriez-vous au conseil et quelles qualités apporteriez-vous à l’ACSTR et le conseil d’administration?

    Michael : Je pense que mon expérience dans le domaine de l’environnement sera ma force. Les entreprises mettent ensemble l’Hygiène, Sécurité et Environnement (« HSE ») et les activités liées au radon et le fait même de pouvoir parler le même langage sera un atout. J’ai aussi des antécédents en santé humaine, ce qui est parallèle au domaine médical et je peux m’adapter à public très divers de Joe Bleau aux professionnels techniques. Je pense que ces caractéristiques sont indispensables pour informer le public sur la réalité du radon au Canada. Finalement, je suis enthousiaste et passionnée de la protection de ma famille et ma communauté, tant que dans mon bénévolat comme premier répondant ou mon travail de jour ou en sensibilisation au radon dans mon entourage. Le fait de pouvoir canaliser et orienter ma passion et mon enthousiasme pour l’ACSTR et le conseil aidera à faire progresser notre travail important.


    Kim Roy, Alberta

    ACSTR : Pourriez-vous nous parler un peu de vos antécédents et votre intérêt pour l’industrie du radon au Canada ?

    Kim : Je suis une professionnelle certifiée en mesure du radon depuis janvier 2015.Sélectionnée pour les Rural Business of the Year & Environmental Stewardship Awards par la Chambre de Commerce de Stony Plain.

    ACSTR : Avez-vous de l’expérience avec des conseils d’administration ou des organismes similaires ?

    Kim : Je suis actuellement une directrice de la Chambre de Commerce Spruce Grove et son district et j’étais membre du conseil de la garderie.

    ACSTR : Avez-vous une vision ou un but en tête que vous pensez l’ACSTR devrait envisager au cours des prochaines années ?

    Kim : Les idées me viennent sans cesse. Je cherche constamment des façons de promouvoir la sensibilisation au radon et d’assurer que les professionnels en mesure et en atténuation reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour pratiquer leur travail.

    ACSTR : Si vous êtes élue, comment contribueriez-vous au conseil et quelles qualités apporteriez-vous à l’ACSTR et le conseil d’administration?

    Kim : Je suis passionnée du radon et j’aime travailler avec le public. Je serais heureuse d’être porte-parole et améliorer la sensibilisation publique.


    Andrea Schinkel, Colombie Brittanique

    ACSTR : Pourriez-vous nous parler un peu de vos antécédents et votre intérêt pour l’industrie du radon au Canada ?

    Andrea: Je suis une fonctionnaire fédéral, une entrepreneure, une épouse et la maman de deux jeunes enfants. J'ai une passion pour le plein air et j'aime passer du temps sur mon bateau avec ma famille dans la belle ville de Vancouver, en Colombie-Britannique. Avec plus de dix ans d’expérience en gestion d’installations et de projets pour le gouvernement fédéral, en plus d’être copropriétaire d’une entreprise d’électricité, et d’avoir été membre d’un conseil d'administration (Vancouver Kiwanis Music Festival), j'apporte au conseil d’administration de CARST des compétences et un point de vue uniques. Depuis près de dix ans, je suis responsable des tests et de l’assainissement des propriétés du gouvernement pour le radon. J'ai récemment obtenu ma certification en mesure et en assainissement du radon et je cherche à faire profiter le conseil de mes compétences et de mon expérience publique afin d’améliorer encore davantage la communication et l’orientation des employeurs à ce sujet.

    ACSTR : Avez-vous de l’expérience avec des conseils d’administration ou des organismes similaires ?

    Andrea:  J’ai siégé au conseil d’administration de Vancouver Kiwanis Club.

    ACSTR : Avez-vous une vision ou un but en tête que vous pensez l’ACSTR devrait envisager au cours des prochaines années ?

    Andrea: Ma vision pour CARST est d’accroître l’information et la disponibilité des conseils sur la responsabilité des employeurs en ce qui concerne le radon. Dans ma vie professionnelle, je suis responsable de la mise en œuvre d’un programme de conformité au radon à l’échelle nationale pour l’Agence des services frontaliers du Canada. J’ai accompli ce travail dans la région du Pacifique au cours des dernières années, et je me charge maintenant des autres emplacements de travail de l’ASFC. J’ai constaté que la réponse à la question de la responsabilité de l’employeur nécessite un élément de conformité afin de fournir aux employeurs le soutien nécessaire pour assurer le suivi. Un soutien par le biais de la santé et de la sécurité et du Code canadien du travail est nécessaire.

    ACSTR : Si vous êtes élue, comment contribueriez-vous au conseil et quelles qualités apporteriez-vous à l’ACSTR et le conseil d’administration?

    Andrea: Si je suis élue, j’aimerais travailler comme membre du conseil d’administration pour accroître la sensibilisation au radon en milieu de travail et définir la conformité au radon à l’échelle nationale.


© 2011-2020 Canadian Association of Radon Scientists and Technologists (CARST/ACSTR). All rights reserved.

CARSTs Terms and Conditions                       CARST Privacy Policy

Powered by Wild Apricot Membership Software